Your browser does not support JavaScript!
restaurer les menus
L'église de Billé

L'église Saint-Médard

Vue d'ensemble Vue d'Ensemble Historique Historique Intérieur Intérieur Retable central Retable central Chapelles Chapelles

Baptistère et mobilier Baptistère et mobilier Vitraux et statuaire Vitraux et statuaire Clocher Clocher En conclusion En conclusion

En conclusion

LLorsque l'Abbé Roger Blot écrivit son article sur l’église de Billé pour la Vie Diocésaine en 1997, il venait de découvrir une superbe église qui le laissait partagé entre deux sentiments: celui du soulagement d’abord en constatant que l’église de Billé n’avait pas été sinistrée par la grande lessive des années 1950-1960; et celui de l’inquiétude en constatant cet effet de bric-à-brac qui pourrait condamner le sanctuaire millénaire à l’insignifiance.

Il termine son article par une sainte colère en disant: L’exemple de Billé illustre bien cette sorte d’aveuglement qui avait saisi nos générations. Percer un retable du XVIIIème pour y mettre une porte de contreplaqué; remonter un devant d’autel de marbre dans un bloc de ciment; accumuler les vieilles chaises dans le chœur, le dos au tabernacle qui n’a plus de lampe; cacher des fonts baptismaux par une table inutile; se résoudre à un type de chauffage qui porte atteinte à l’une de nos plus belles charpentes et semble condamner au supplice du feu les pieds du Christ en croix; abandonner la vieille chaire dans un coin comme un rendez-vous du fourre-tout; accepter pour autel face au peuple un autel d’applique arraché à quelque chapelle… tout cela trahit certes un manque de moyens, mais aussi un essoufflement spirituel: l’église n’a plus de sens comme lieu de paix, de prière et de joie.

Mais se voulant malgré tout optimiste, il poursuivait: Que ces remarques ne découragent personne: il est évident que cette église de Billé a tout pour être l’un de ces lieux privilégiés dont beaucoup pourraient avoir soif, et dont tous pourraient être fiers.

Et de se demander: Que faut-il faire ? Évidemment l’idéal à long terme serait une restauration intérieure globale qui aboutirait à la remise en valeur du mobilier….

Depuis lors, la restauration intérieure entreprise au début des années 2000 a été menée à bien et l’église de Billé, qui a aujourd’hui retrouvé toute sa splendeur, est vraiment un petit joyau. Elle ne manquera pas de ravir à nouveau Roger Blot, qui désormais en fera un tout autre éloge, et tous ceux qui la visiteront.

dernière mise à jour de cette page le 31/10/2020 à 11:48:51