Your browser does not support JavaScript!
restaurer les menus
L'église de Billé

L'église Saint-Médard

Vue d'ensemble Vue d'Ensemble Historique Historique Intérieur Intérieur Retable central Retable central Chapelles Chapelles

Baptistère et mobilier Baptistère et mobilier Vitraux et statuaire Vitraux et statuaire Clocher Clocher En conclusion En conclusion

Historique

LL’église de Billé est dédiée à Saint Médard, évêque de Noyon au VIème siècle.

Telle qu’on peut l’observer aujourd’hui, l’église est l’aboutissement de plusieurs phases de construction qui s’échelonnent du XIIème au XIXème siècle. Son plan forme une croix latine composée d’un vaisseau rectangulaire allongé à l’ouest par un espace intermédiaire avec l’extérieur, le narthex où est encore placé aujourd’hui le baptistère, celui-ci définit l’emprise des structures du clocher; la nef est prolongée d’un chœur. Le vaisseau est croisé par deux transepts au nord et au sud qui délimitent le chœur de la nef. Puis deux croisillons de part et d’autre du chœur reçoivent les sacristies.

emplacement du baptistère emplacement du bénitier octogonal narthex nef emplacement du retable principal chœur emplacement du confessionnal emplacement du retable du rosaire chapelle nord emplacement du confessionnal emplacement du retable Saint-Louis chapelle sud sacristie nord sacristie sud ancien porche entrée principale porte nord condamnée entrée nord entrée de la sacristie nord entrée sud

Son développement architectural a la chance d’être assez repérable.

Les contours de l'église primitive, selon l'hypothèse formulée par l'Abbé Roger Blot, apparaissent en rose sur l'image ci-dessus.
Au nord, lors de la réfection des murs de la nef au XVIIIème siècle, fut conservé un pan de mur roman qui se trouvait à l'abri d'un porche disparu vers 1893 lors de l'ajout une fenêtre dans les chapelles. De ce porche, subsiste encore un des bancs de pierre. Une petite fenêtre en meurtrière et un haut de porte cintrée, en pierre ferrugineuse attestent que cette église vit au moins depuis le XIème ou le XIIème siècle.

Si la nef romane a probablement gardé son volume d’origine, selon l’Abbé Roger Blot, le chœur fut refait au XVème siècle en plus grand. Il fut flanqué au sud, par une chapelle seigneuriale qui, par la suite, fut convertie en sacristie. La sacristie nord fut reconstruite à neuf en 1864 par l’architecte Le Hérissé.

Les arcades géminées qui ouvrent sur la nef sont, semble t-il, du XVIème siècle, ce qui situe alors la création des chapelles à cette époque. À noter que la base des arcades est plus élevée que celle des portes du XVIIème siècle. Quant au magnifique poutrage de la nef qui comporte 24 engoulants, il paraît également du début du XVIème siècle. Ce poutrage qui autrefois portait les armoiries des Crocq, seigneurs de la Ronse, permet d’affirmer aujourd’hui que le clocher fut toujours situé au bas de la nef et non pas, comme parfois, à la croisée du transept. Le Père Blot a constaté que le premier entrait, adossé au poutrage du clocher, n’a pas été sculpté au revers. Le clocher reçut un clocheton supplémentaire au XVIIIème siècle pour installer l’horloge.

À partir du XVIème siècle, quelques petites modifications furent apportées. C'est ainsi qu’au nord, une porte Louis XIII remplaça la porte romane et qu'en 1758 la nef fut presque entièrement remodelée par les maçons Le Forest et Fourio dans un souci d’unité avec les chapelles.

La chapelle au sud du chœur devint vraisemblablement sacristie en 1629. Cette date est inscrite dans le chœur et concerne également les fenêtres qui furent ouvertes pour éclairer le retable. Cette sacristie fut agrandie en 1840 et régularisée dans ses ouvertures. Elle reçut un superbe mobilier en 1853, œuvre de Commereuc, artisan menuisier à Irodouër. Le vieux douvis de la chapelle primitive se voit encore dans le grenier avec ses serre-joints d’origine, comme a pu le constater l’Abbé Blot.

La chapelle sud de la nef fut rebastye à neuf en 1664 comme l’indique la date sur la porte et un procès verbal de 1673.

Sur la façade de l’église qui date de 1758, figurent les armoiries des de Farcy et sur la chapelle Sud et le pignon oriental de la nef, celles des de la Sauldraye et des Becdelièvre. Celles des Crocq sont visibles à l’intérieur, sur la charpente de la nef du XVIème siècle. Les blasons sont représentés ci-dessus dans l'ordre. Toutes ces familles furent en possession de la seigneurie de la Ronse, terre seigneuriale de la paroisse qui possédait les droits de prééminences d’église, de litre, d’armoiries et d’enfeu en cette église de Billé.

Crocq de Farcy de la Sauldraye et Becdelièvre
dernière mise à jour de cette page le 31/10/2020 à 11:48:51